Bien s’alimenter peut vous aider considérablement à obtenir un bon contrôle de votre glycémie.

Les recommandations pour l’alimentation de la personne diabétique sont semblables à celles pour la population en général.

Quelques conseils de base

  • Prenez trois repas équilibrés par jour et, au besoin, des collations. Évitez de sauter des repas.
  • Ayez un horaire de repas régulier. Ceux-ci devraient être espacés d’environ 4 à 6 heures. Les collations devraient être prises de 2 à 3 heures après le repas, s’il y a lieu.
  • Mangez une variété d’aliments provenant des différents groupes alimentaires : légumes et fruits, féculents, lait et substituts, viandes et substituts.
  • Choisissez des aliments riches en fibres alimentaires : légumes et fruits, produits céréaliers à grains entiers, légumineuses, noix et graines, etc.
  • Composez votre repas selon le modèle de l’assiette équilibrée.
  • Limitez la consommation d’aliments sucrés et peu nutritifs (gâteaux, pâtisseries, sucreries, chocolat, biscuits, cassonade, miel, mélasse, sirops, confitures, etc.). Ceux-ci ne devraient être consommés qu’en petite quantité et de façon occasionnelle.
  • Privilégiez l’eau pour vous hydrater plutôt que les jus de fruits et les boissons sucrées.
  • Si vous consommez des substituts du sucre (aspartame, sucralose, cyclamates, saccharines, stevia, etc.) ou des produits qui en contiennent, faites-le avec modération.
  • Si vous consommez de l’alcool, faites-le de préférence en mangeant et respectez les quantités recommandées.

Portez une attention particulière aux portions et à la répartition des aliments contenant des glucides : fruits, féculents, lait et substituts, légumineuses, certains légumes et aliments avec sucre ajouté.

Pour la santé de votre cœur :

  • Limitez la consommation d’aliments riches en gras, particulièrement en gras saturé et trans.
  • Limitez la consommation d’aliments riches en sel : croustilles, charcuteries, mets préparés ou surgelés, marinades, sauces ou soupes du commerce, etc.

*Les personnes diabétiques devraient consulter un ou une diététiste-nutritionniste. Il est démontré qu’un suivi nutritionnel avec un ou une diététiste-nutritionniste peut, à lui seul, permettre de réduire le taux d’hémoglobine glyquée (A1C) de 1 à 2 %.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *